En Français En Français
indietro
Materiale Didattico

Plus d’animaux sauvages dans les cirques


Le cirque est l’une des plus anciennes formes de spectacle au monde.

Mais le cirque moderne avec des animaux qui effectuent des tours voit le jour en 1768, quand Philip Astley, jeune soldat anglais de 26 ans, présente un spectacle équestre, dans un terrain près de Londres.

Toutefois, aujourd’hui la tradition du cirque ne semble plus être en adéquation avec les attentes[1] de la population. En effet, selon un récent sondage, 67% des Français sont favorables à l’interdiction[2] d’animaux sauvages dans les cirques.

Voilà pourquoi la nouvelle ministre de la Transition écologique, Barbara Pompili, a annoncé l’interdiction prochaine des numéros avec des animaux sauvages dans les cirques itinérants et dans les delphinariums de France.

La ministre assure néanmoins[3] qu’une somme de 8 millions sera investie pour la reconversion des cirques ambulants et des trois delphinariums du pays.

En Europe, une vingtaine de pays interdisent ou limitent déjà les spectacles avec les animaux sauvages et en France près de 100 villes suivent l’exemple européen. Mais avec cette nouvelle décision de la ministre l’interdiction sera totale, sur tout le territoire national.

Des cirques sans lion, ni tigre, ou éléphant, c’est le rêve de toutes les associations de défense des animaux, mais ce qui est étonnant[4], c’est que l’ancien dompteur[5] André-Joseph Bouglione est lui aussi favorable à cette mesure. Ce descendant d’une célèbre famille circassienne[6] a même écrit un livre où il explique pourquoi il a décidé d’arrêter[7] les spectacles d’animaux dans son cirque. Son projet aujourd’hui est de créer un éco-cirque, uniquement avec des humains.

Mais beaucoup d’autres cirques traditionnels ne sont pas d’accord avec André-Joseph Bouglione. Selon eux, le cirque traditionnel fait partie de notre patrimoine culturel.

Christian Cafy, délégué général du collectif des cirques animaliers, explique qu’aujourd’hui tous les animaux sont nés en captivité car depuis 50 ans, il n’y a plus de prélèvement[8] d’animaux dans la nature.

Le débat reste ouvert, même si la décision de la ministre semble définitive.

 

Claudia Casazza



[1] L’attente : l’aspettativa, l’attesa
[2] L’interdiction : il divieto
[3] Néanmoins : tuttavia
[4] Étonnant : sorprendente, stupefacente
[5] Le dompteur : il domatore
[6] Circassien(ne) : circense
[7] Arrêter : smettere, fermare, arrestare
[8] Le prélèvement : il prelievo

 

Ti potrebbero interessare anche